Contactez nous

Pour nous aider à orienter votre question vers l'équipe adéquate, veuillez sélectionner l'option qui vous convient le mieux.

  • Je souhaite pouvoir parler à quelqu'un de la création d'un nouveau compte
    Continuer
  • Je suis déjà client et j'ai besoin d'aide avec mon compte
    Continuer
  • Je souhaite pouvoir intégrer le paiement en ligne dans mon système ou ma boutique
    Continuer
  • Je travaille dans le secteur des médias.
    Continuer
Previous ArticleDiversité dans la technologie financière – Un regard sur le statu quoNext ArticleRépondre à la demande des consommateurs pour des expériences de paiement sans friction à l’occasion

Pourquoi les fournisseurs de services essentiels devraient-ils permettre le paiement de factures ave

En raison de l’essor des paiements sans numéraire, il est de plus en plus difficile pour les consommateurs qui dépendent de l’argent liquide de payer des services essentiels tels que les services publics, les soins de santé et même les services gouvernementaux. eCash peut rendre ces services plus accessibles et plus inclusifs, tout en réduisant les coûts pour les prestataires.

When Chandigarh, a city in northern India, banned cash from sampark centers — where citizens pay their utility bills and property taxes — it did so with the best of intentions.

The initiative was part of the Indian government's Digital India campaign, a policy aimed at speeding up digitalization across the country.

But while digital payment adoption across India has increased, the drive to eliminate cash payments has also become an object lesson in the risks cashlessness presents to the most vulnerable in society.

For the 190 million Indians who don't have access to a bank account, not being able to use cash means it's becoming next to impossible to pay for electricity, gas, and other essential services.

The cash penalty

Unlike India, authorities in the US, EU, and UK are taking steps to protect access to cash rather than banning it.

In the US, several cities, regional authorities, and states have enacted pro-cash laws, and a bill currently in front of congress would enshrine consumers' right to pay in cash into federal law.

And while the EU and UK have stopped short of legally obliging merchants to accept cash payments, the European Central Bank, the European Commission, and the UK government have all committed to ensuring consumers can continue having access to it. 

But if, on paper, US, EU, and UK consumers' ability to pay in cash is protected — or, at least, the importance of them being able to do so has been formally acknowledged — it's a different story in practice. 

In the US, for instance, 76% of healthcare providers prefer receiving payment electronically. So, even when they haven’t gone cashless, many providers’ payment systems are often designed to discourage cash payments.

Similarly, in the UK and EU, many providers of essential services are either going cashless or taking steps to make cash payments less appealing.

For example, paying for gas and electricity in cash adds £100 a year (around $111 a year) in fees and charges to the average UK utility bill. Gas and electricity tariffs that enable you to pay in cash are also typically more expensive, with the cheapest deals only available if you pay by direct debit.

A number of EU countries also have per transaction cash limits. In France, for instance, you can't pay local taxes, fees, or fines in cash if the amount is €300 (around $293) or more.

These practical restrictions mean 5.9 million Americans, 13 million Europeans, and 1.3 million Brits who depend on cash are at risk of finding themselves in a deepening cycle of exclusion and hardship.

At worst, cashless payments prevent them from accessing critical services they need to improve their lives. But, even when cash payments are accepted, they often have a financial penalty attached. And when you’re living paycheck to paycheck, every cent counts.

The benefits of cash payments: a service provider's perspective

Higher tariffs and fees on cash payments are normally justified as necessary to cover "additional processing costs".

Similarly, countries that have instituted per transaction cash limits typically argue they're necessary to prevent fraud, while cashless payments are presented as the safer, more secure, more convenient alternative.

What these arguments often overlook is that not accepting cash also has risks and costs.

Leaving aside the moral imperative — the most vulnerable in society shouldn't be excluded because they can't open a bank account— making it difficult for significant numbers of people to pay for essential services means lost revenue and higher operational overhead.

Case in point, Americans who are on low incomes and, so, are heavily reliant on cash are more likely to have medical debt.

As RentMoola's chief product officer Jean-François Brissot observes, "When you're living paycheck to paycheck, one day matters... You can't afford to send money in advance to make sure it arrives on time... You have to make the payment at the last minute, when you receive your salary or cash your check."

So, if healthcare providers made it easier to pay in cash, they could increase the likelihood of being paid on time and avoid having to resort to expensive debt collection proceedings as often.

The same goes for other service providers — from utilities, to insurance, rent, and loans. Here again, being able to pay with cash can give cash-reliant consumers more flexibility, making it easier for them to pay their bills on time and unnecessary for providers to take drastic (and costly) steps such as cutting service or sending in debt collectors

Crucially, unlike digital payments, there's no risk of transactions being declined because of technical glitches. Cash is often the fall-back option when other payment methods fail. So, if anything, by accepting cash, providers of essential services like utilities and healthcare can make it easier to get paid on time even by customers who are able to use cashless payment methods.

Making essential services more inclusive, with eCash

While there's no stopping digitalization, this doesn't mean excluding those who depend on cash has to be inevitable. With eCash, cash-reliant consumers and providers of essential services can get the best of both worlds.

When the consumer is ready to pay, they can take their bill to a participating payment point, scan the barcode or QR code embedded on the bill, and hand over cash. It's simple, straightforward, and convenient, even if the consumer doesn't have access to a bank account or isn't digitally savvy.

The service provider is also notified as soon as the transaction is complete, so the consumer can stretch their paycheck for as long as possible without risking their account being put in default — or, in the case of a utility bill or phone bill, having their service interrupted.

From a service provider's perspective, adding eCash to the payments mix is as simple as printing a barcode or QR code onto a bill.  Crucially, there's no need to increase the physical footprint, because consumers use a network of already established bricks-and-mortar stores. And, because payment is made in cash, there's no risk of defaults or chargebacks.

It's not true progress, if people are left behind

Between now and 2025, the volume of cashless payments globally is expected to rise by 80%. But while this won't be an issue for those of us who prefer to go cashless, we can't forget about those who don't have the luxury of making this choice.

As cashlessness becomes ever more ubiquitous, the associated dangers will also increase. More and more, being cash-reliant means being unable to get healthcare, light and heat (or cool) your home, and access many other services most of us take for granted.

With millions of people turning to cash to better control their spending in the tough economic climate, the conversation around financial inclusion in the digital age is more pressing and relevant than ever.

With eCash, hospitals, utility companies, and other essential service providers can help ensure that people who are going through challenging times don't fall through the cracks.

Lorsque Chandigarh, une ville du nord de l’Inde, a interdit l’argent liquide dans les centres Sampark, où les citoyens paient leurs factures de services publics et leurs impôts fonciers, et elle l’a fait avec les meilleures intentions du monde.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne de numérisation du gouvernement indien, une politique visant à accélérer la numérisation dans tout le pays.

Mais si l’adoption des paiements numériques en Inde a augmenté, la volonté d’éliminer les paiements en espèces est également devenue une leçon d’objet sur les risques que l’absence d’argent liquide présente pour les personnes les plus vulnérables de la société.

Pour les 190 millions d’Indiens qui n’ont pas accès à un compte bancaire, l’impossibilité d’utiliser de l’argent liquide signifie qu’il devient pratiquement impossible de payer l’électricité, le gaz et d’autres services essentiels.

La pénalité en espèces

Contrairement à l’Inde, les autorités des États-Unis, de l’Union européenne et du Royaume-Uni prennent des mesures pour protéger l’accès à l’argent liquide plutôt que de l’interdire.

Aux États-Unis, plusieurs villes, autorités régionales et États ont promulgué des lois en faveur de l’argent liquide, et un projet de loi actuellement soumis au Congrès inscrirait le droit des consommateurs à payer en espèces dans la législation fédérale.

Si l’UE et le Royaume-Uni n’ont pas encore légalement obligé les commerçants à accepter les paiements en espèces, la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le gouvernement britannique se sont tous engagés à faire en sorte que les consommateurs puissent continuer d’y avoir accès. 

Mais si, sur le papier, la possibilité pour les consommateurs américains, européens et britanniques de payer en espèces est protégée, ou, du moins, si l’importance de cette possibilité a été officiellement reconnue, il en va tout autrement dans la pratique. 

Aux États-Unis, par exemple, 76 % des prestataires de soins de santé préfèrent recevoir les paiements par voie électronique. Ainsi, même lorsqu’ils n’ont pas éliminé l’argent liquide, les systèmes de paiement de nombreux prestataires sont souvent conçus pour décourager les paiements en espèces.

De même, au Royaume-Uni et dans l’Union européenne, de nombreux prestataires de services essentiels ont éliminé l’argent liquide ou prennent des mesures pour rendre les paiements en espèces moins attrayants.

Par exemple, le paiement du gaz et de l’électricité en espèces ajoute 100 £ par an (environ 111 $ par an) de frais et de charges à la facture moyenne des services publics britanniques. Les tarifs du gaz et de l’électricité qui permettent de payer en espèces sont aussi généralement plus chers, les offres les moins chères n’étant disponibles que si vous payez par prélèvement automatique.

Un certain nombre de pays de l’UE imposent également des limites d’argent liquide par transaction. En France, par exemple, vous ne pouvez pas payer les impôts locaux, les taxes ou les amendes en espèces si le montant est égal ou supérieur à 300 € (environ 293 $).

Ces restrictions pratiques signifient que 5,9 millions d’Américains, 13 millions d’Européens et 1,3 million de Britanniques qui dépendent de l’argent liquide risquent de se retrouver dans un cycle d’exclusion et de difficultés de plus en plus profond.

Dans le pire des cas, les paiements sans numéraire les empêchent d’accéder aux services essentiels dont ils ont besoin pour améliorer leur vie. Cependant, même lorsque les paiements en espèces sont acceptés, ils sont souvent assortis d’une pénalité financière. Et quand on vit d’un salaire à l’autre, chaque cent compte.

Les avantages des paiements en espèces : le point de vue d’un prestataire de services

Des tarifs et des frais plus élevés sur les paiements en espèces sont normalement justifiés par la nécessité de couvrir « les coûts de traitement supplémentaires ».

De même, les pays qui ont instauré des plafonds d’argent liquide par transaction soutiennent généralement qu’ils sont nécessaires pour prévenir la fraude, tandis que les paiements sans argent liquide sont présentés comme une alternative plus sûre, plus sécurisée et plus pratique.

Ce que ces arguments oublient souvent, c’est que le fait de ne pas accepter l’argent liquide comporte également des risques et des coûts.

Abstraction faite de l’impératif moral, les personnes les plus vulnérables de la société ne devraient pas être exclues parce qu’elles ne peuvent pas ouvrir un compte bancaire. Le fait qu’un grand nombre de personnes aient des difficultés à payer des services essentiels se traduit par des pertes de revenus et des frais généraux opérationnels plus élevés.

Par exemple, les Américains qui ont de faibles revenus et qui dépendent donc fortement de l’argent liquide sont plus susceptibles d’avoir des dettes médicales.

Comme l’observe Jean-François Brissot, directeur des produits de RentMoola, « Quand on vit au jour le jour, un jour compte… Vous ne pouvez pas vous permettre d’envoyer de l’argent à l’avance pour être sûr qu’il arrive à temps… Vous devez effectuer le paiement à la dernière minute, lorsque vous recevez votre salaire ou que vous encaissez votre chèque. »

Par conséquent, si les prestataires de soins de santé facilitaient le paiement en espèces, ils pourraient augmenter la probabilité d’être payés à temps et éviter de devoir recourir aussi souvent à des procédures de recouvrement de créances coûteuses.

Il en va de même pour les autres prestataires de services - des services publics aux assurances, en passant par la location et les prêts. Là encore, la possibilité de payer en espèces peut donner plus de flexibilité aux consommateurs qui dépendent de l’argent liquide, ce qui leur permet de payer plus facilement leurs factures à temps et évite aux fournisseurs de prendre des mesures drastiques (et coûteuses) comme l’interruption du service ou l’envoi d’agents de recouvrement.

Contrairement aux paiements numériques, les transactions ne risquent pas d’être refusées en raison de problèmes techniques. Les espèces sont souvent l’option de repli lorsque les autres modes de paiement échouent. En acceptant les espèces, les prestataires de services essentiels tels que les services publics et les soins de santé peuvent donc plus facilement être payés à temps, même par les clients qui peuvent utiliser des modes de paiement sans numéraire.

Rendre les services essentiels plus accessibles à tous, grâce à eCash

Si la numérisation est inéluctable, cela ne signifie pas que l’exclusion de ceux qui dépendent de l’argent liquide soit inévitable. Avec eCash, les consommateurs qui dépendent de l’argent liquide et les prestataires de services essentiels peuvent bénéficier du meilleur des deux mondes.

Lorsque le consommateur est prêt à payer, il peut présenter sa facture à un point de paiement participant, scanner le code-barres ou le code QR figurant sur la facture et remettre de l’argent liquide. C’est simple, direct et pratique, même si le consommateur n’a pas accès à un compte bancaire ou n’est pas un expert en informatique.

Le prestataire de services est également informé dès que la transaction est terminée, de sorte que le consommateur peut prolonger son salaire le plus longtemps possible sans risquer de voir son compte mis en défaut, ou, dans le cas d’une facture de services publics ou de téléphone, de voir son service interrompu.

Du point de vue du prestataire de services, il suffit d’imprimer un code-barres ou un code QR sur une facture pour ajouter eCash à l’ensemble des paiements.  Surtout, il n’est pas nécessaire d’augmenter l’empreinte physique, car les consommateurs utilisent un réseau de magasins en dur déjà établis. Et comme le paiement est effectué en espèces, il n’y a pas de risque de défaut de paiement ou de rétrofacturation.

Il ne s’agit pas d’un véritable progrès si des personnes sont laissées pour compte.

D’ici à 2025, le volume des paiements sans numéraire dans le monde devrait augmenter de 80 %. Si ce problème ne se pose pas pour ceux d’entre nous qui préfèrent se passer d’argent liquide, nous ne pouvons pas oublier ceux qui n’ont pas le luxe de faire ce choix.

L’absence d’argent liquide devenant de plus en plus répandue, les dangers qui y sont associés augmenteront également. De plus en plus, être dépendant de l’argent liquide signifie être incapable de se faire soigner, de s’éclairer et de se chauffer (ou de se rafraîchir) et d’accéder à de nombreux autres services que la plupart d’entre nous considèrent comme acquis.

Des millions de personnes s’étant tournées vers l’argent liquide pour mieux contrôler leurs dépenses dans un climat économique difficile, le débat sur l’inclusion financière à l’ère numérique est plus urgent et plus pertinent que jamais.

Grâce à eCash, les hôpitaux, les entreprises de services publics et d’autres prestataires de services essentiels peuvent s’assurer que les personnes qui traversent une période difficile ne passent pas entre les mailles du filet.