Contactez nous

Pour nous aider à orienter votre question vers l'équipe adéquate, veuillez sélectionner l'option qui vous convient le mieux.

  • Je souhaite pouvoir parler à quelqu'un de la création d'un nouveau compte
    Continuer
  • Je suis déjà client et j'ai besoin d'aide avec mon compte
    Continuer
  • Je souhaite pouvoir intégrer le paiement en ligne dans mon système ou ma boutique
    Continuer
  • Je travaille dans le secteur des médias.
    Continuer
Previous ArticleAcquisition de joueurs par les opérateurs de paris sportifs en ligne américains et double rôle des pNext ArticleInnovation en matière de paiement des voyages : Comment les solutions de gestion des risques sont de

Élargir l’accès aux services financiers et à la technologie pour les entreprises et les entrepreneur

Le nombre de femmes entrepreneurs augmente dans le monde entier, mais beaucoup d’entre elles continuent à se heurter à des obstacles importants lorsqu’elles créent leur propre entreprise. Les fournisseurs de technologies financières qui défendent une représentation plus large au sein de la communauté mondiale des PME proposent des solutions pour aider à uniformiser les règles du jeu.

Micro and small businesses are the backbone of most economies worldwide. They provide products and services tailored to locals, generate new jobs, and stimulate an inflow of community resources. They also offer role models to society by integrating women into the economic mainstream. 

But in many countries, women still face a wide range of challenges when starting a business, and these are often quite different from those experienced by their male counterparts. Cultural norms and societal barriers set the pace at which women become self-employed business owners. Defying social expectations, building a support network, and balancing a business with family life are some challenges they must overcome. On top of that, access to financial services and funding from investors remains a significant hurdle. 

Throughout this article, we’ll assess how players in the fintech industry can help close the gender gap while shedding light on the disparities that limit entrepreneurial-minded women from gaining access to the resources needed to build a legacy of their own.

Rise of female entrepreneurship 

The pandemic changed how women participate in the economy. Remote working empowered women by giving them the flexibility to juggle work and family-related responsibilities. It also allowed them the space and freedom for creativity and innovation.

Restrictions on travel and disrupted supply chains meant households had to rely on local goods and services. This encouraged enterprising women to set up micro businesses to serve their communities. Hence, female entrepreneurship is increasing around the world. A study by the World Economic Forum from 2021 indicates that almost half of the start-ups (49%) in the U.S. are formed by women, compared to 28% in 2019. This trend is mirrored in the U.K., where research shows that women are now running almost 40% of all U.K. micro businesses – up from 32% before March 2020.  

Barriers to women’s access to finance 

Despite the rising number of women-owned businesses, disproportionate disadvantages still exist. Men still outnumber women three to one when it comes to business ownership.  

One of the primary reasons for that is the inequality in access to finance. This means the ability for an individual to access investors, financial institutions, services, and mentorship that are affordable and suitable to support a business’ stage of development. In fact, the World Economic Forum has reported that 80% of women-owned firms with credit needs are either unserved or underserved – an equivalent of a massive $1.7 trillion financing gap

According to a 2019 study, 61% of female small business founders opted to self-fund their ventures. This means some entrepreneurs use their savings to get started, limiting their economic power. Additionally, a recent TechCrunch study of all venture funding found that female-backed ventures received just 10% of overall funding, while the remaining 90% went to male-backed ventures. As more women across the globe look to jumpstart their businesses amid the roadblocks that persist, it’s imperative to work with an experienced payments partner that understands the hurdles women face.

Further compounding this is the reality that traditional lending models often require collateral which some women lack primarily due to cultural norms and legal inequalities. Financial institutions must acknowledge the cultural norms and also work to change their perspective regarding loan approval. A survey by Inter-American Development Bank in Latin America found that women were 18% less likely to have their loans approved even though their online loan applications may have the exact wording. To avoid bias, financial institutions can consider anonymizing loan applicants’ gender and launch inclusive training programs that raise employees’ awareness of gender biases and educate loan officers on how they can work to increase their loan approval rates for women.

The power of payments to fuel female entrepreneurs

The proliferation of digital payments and the expansion of new technology can also level the playing field for women-owned businesses. That’s because transactions between customers and vendors have evolved so that solutions, such as tap-to-pay or mobile point-of-sale (POS) terminals, offer a faster and simpler way of completing a purchase. This often frees up time for small business owners to focus on memorable interactions with their clientele, enabling them to better serve the needs of their customer base and establish an enjoyable experience.

Adoption of modern solutions is not only a way for business owners to control hardware costs as newer devices are often quite affordable compared to terminals of the past, but these solutions also offer value-added services that can be significant revenue accelerators. For example, payment solutions that are integrated with cloud-based technology enable business owners to access real-time data and analytics that provide further insight into consumer payment patterns, as well as patterns around buying behavior. This ultimately empowers owners to make data-driven decisions, which can be leveraged to power loyalty programs, enhanced inventory management, and even marketing and social media campaigns that help female entrepreneurs tap into new markets and expand their customer reach.

It’s estimated that improving women’s access to financial services could unlock $330 billion in annual global revenue. Investing in women-owned businesses is imperative, whether it’s through funding or by creating critical technology that can empower future generations of female founders. The structural and cultural inequalities that are set as barriers for women must be addressed, and financial institutions, as well as payments providers, have a significant role to play.

Les micros et petites entreprises constituent l’épine dorsale de la plupart des économies dans le monde. Elles fournissent des produits et des services adaptés à la population locale, créent de nouveaux emplois et stimulent l’afflux de ressources communautaires. Elles offrent également des modèles à la société en intégrant les femmes dans le courant économique général. 

Mais dans de nombreux pays, les femmes sont encore confrontées à un large éventail de difficultés lorsqu’elles créent une entreprise, et ces difficultés sont souvent très différentes de celles rencontrées par leurs homologues masculins. Les normes culturelles et les barrières sociétales déterminent le rythme auquel les femmes deviennent propriétaires d’une entreprise indépendante. Défier les attentes sociales, construire un réseau de soutien et concilier l’entreprise et la vie de famille sont quelques-uns des défis qu’elles doivent relever. En outre, l’accès aux services financiers et au financement par des investisseurs reste un obstacle important. 

Tout au long de cet article, nous évaluerons comment les acteurs du secteur de la technologie financière peuvent contribuer à combler le fossé entre les hommes et les femmes, tout en mettant en lumière les disparités qui empêchent les femmes à l’esprit d’entrepreunariat d’accéder aux ressources nécessaires pour construire leur propre héritage.

L’essor de l’entrepreneuriat féminin 

La pandémie a modifié la manière dont les femmes participent à l’économie. Le travail à distance a permis aux femmes de s’émanciper en leur donnant la flexibilité nécessaire pour jongler avec leurs responsabilités professionnelles et familiales. Il leur a également donné l’espace et la liberté nécessaires à la créativité et à l’innovation.

Les restrictions imposées aux déplacements et la perturbation des chaînes d’approvisionnement ont contraint les ménages à se tourner vers les biens et services locaux. Cela a encouragé les femmes entreprenantes à créer des micro-entreprises pour servir leurs communautés. C’est pourquoi l’entrepreneuriat féminin se développe dans le monde entier. Une étude du Forum économique mondial de 2021 indique que près de la moitié des entreprises en démarrage (49 %) aux États-Unis sont créées par des femmes, contre 28 % en 2019. Cette tendance se reflète au Royaume-Uni, où la recherche montre que les femmes dirigent désormais près de 40 % de toutes les micro-entreprises britanniques, contre 32 % avant mars 2020.  

Obstacles à l’accès des femmes au financement 

Malgré l’augmentation du nombre d’entreprises détenues par des femmes, des désavantages disproportionnés subsistent. Les hommes sont toujours plus nombreux que les femmes, dans une proportion de trois contre un, lorsqu’il s’agit de posséder une entreprise.  

L’une des principales raisons en est l’inégalité d’accès au financement. Cela signifie qu’un individu a la possibilité d’accéder à des investisseurs, à des institutions financières, à des services et à un mentorat qui sont abordables et adaptés au stade de développement de l’entreprise. En fait, le Forum économique mondial a rapporté que 80 % des entreprises appartenant à des femmes et ayant des besoins de crédit sont soit non desservies, soit mal desservies. Ce qui équivaut à un déficit de financement massif de 1,7 billion de dollars

Selon une étude de 2019, 61 % des femmes fondatrices de petites entreprises ont choisi d’autofinancer leur projet. Cela signifie que certains entrepreneurs utilisent leur épargne pour démarrer, ce qui limite leur pouvoir économique. En outre, une récente étude de TechCrunch de tous les financements à risque a révélé que les entreprises soutenues par des femmes n’ont reçu que 10 % de l’ensemble des financements, les 90 % restants étant allés aux entreprises soutenues par des hommes. Alors que de plus en plus de femmes au monde cherchent à lancer leur entreprise malgré les obstacles qui persistent, il est impératif de travailler avec un partenaire de paiement expérimenté qui comprend les obstacles auxquels les femmes sont confrontées.

Cette situation est encore aggravée par le fait que les modèles de prêt traditionnels exigent souvent des garanties dont certaines femmes sont dépourvues, principalement en raison de normes culturelles et d’inégalités juridiques. Les institutions financières doivent reconnaître les normes culturelles et s’efforcer de changer leur point de vue sur l’approbation des prêts. Une enquête menée par la Banque interaméricaine de développement en Amérique latine a révélé que les femmes avaient 18 % de chances en moins de voir leur demande de prêt approuvée, même si la formulation de leur demande de prêt en ligne était identique. Pour éviter les préjugés, les institutions financières peuvent envisager de rendre anonyme le sexe des demandeurs de prêt et de lancer des programmes de formation inclusifs qui sensibilisent les employés aux préjugés sexistes et forment les agents de crédit à la manière dont ils peuvent travailler pour augmenter leur taux d’approbation des prêts pour les femmes.

Le pouvoir des paiements pour stimuler les femmes entrepreneurs

La prolifération des paiements numériques et l’expansion des nouvelles technologies peuvent également améliorer les conditions de concurrence pour les entreprises dirigées par des femmes. En effet, les transactions entre les clients et les fournisseurs ont évolué de telle sorte que les solutions, comme les terminaux de paiement ou les terminaux mobiles de point de vente, offrent un moyen plus rapide et plus simple d’effectuer un achat. Les propriétaires de petites entreprises disposent ainsi de plus de temps pour se concentrer sur des interactions mémorables avec leur clientèle, ce qui leur permet de mieux répondre aux besoins de leurs clients et de leur offrir une expérience agréable.

L’adoption de solutions modernes n’est pas seulement un moyen pour les propriétaires d’entreprise de contrôler les coûts de matériel, car les nouveaux appareils sont souvent très abordables par rapport aux terminaux du passé, mais ces solutions offrent également des services à valeur ajoutée qui peuvent être des accélérateurs de revenus significatifs. Par exemple, les solutions de paiement intégrées à une technologie basée sur le nuage permettent aux propriétaires d’entreprises d’accéder à des données et à des analyses en temps réel qui fournissent des informations supplémentaires sur les habitudes de paiement des consommateurs, ainsi que sur leurs comportements d’achat. Cela permet aux propriétaires de prendre des décisions fondées sur des données, qui peuvent être exploitées pour mettre en place des programmes de fidélisation, une meilleure gestion des stocks et même des campagnes de marketing et de médias sociaux qui aident les femmes entrepreneurs à accéder à de nouveaux marchés et à élargir leur clientèle.

On estime que l’amélioration de l’accès des femmes aux services financiers pourrait débloquer 330 milliards de dollars de recettes annuelles au niveau mondial. Il est impératif d’investir dans les entreprises détenues par des femmes, que ce soit par le biais d’un financement ou par la création d’une technologie essentielle qui peut permettre aux futures générations de fondatrices de s’épanouir. Il faut s’attaquer aux inégalités structurelles et culturelles qui constituent des obstacles pour les femmes, et les institutions financières, ainsi que les prestataires de services de paiement, ont un rôle important à jouer.